Quand une application est en cours de développement, le projet est installé sur un serveur interne au prestataire et les différentes parties sont commitées au fur et à mesure de leur développement et de leur validation. Quand plusieurs développeurs travaillent sur un même projet, leurs parties sont sur leur postes respectifs jusqu’à ce qu’ils mettent à jour le serveur de développement mutualisé. Un serveur de test est souvent mis à disposition pour que les clients puissent tester et valider chaque sous-ensemble au fur et à mesure des livraisons intermédiaires.

Ce qu’on appelle serveur de production est ce qui est utilisé pour délivrer le service aux utilisateurs finaux de l’application développée.

Il peut également y avoir un serveur de préproduction. C’est un serveur en général jumeau du serveur de production au niveau des caractéristiques matérielles et logicielles, qui permet de tester dans les mêmes conditions que le serveur de production. Ceci permet de se prémunir d’incidents causés par des différences matérielles et d’éliminer d’office cette option au moment de la recherche des sources d’un problème en production.

Certains services d’hébergement / cloud permettent de dimensionner automatiquement les capacités du serveur aux demandes de trafic. Une autre option est de migrer la solution d’un serveur à un autre plus puissant en cours de route et quand c’est nécessaire. Il peut en effet être couteux de mettre en place une une architecture matérielle puissante mais qui serait sous-utilisée.

De nombreux prestataires d’hébergement proposent leurs services pour différentes configurations. C’est un métier à part entière, chez Solstys, nous proposons un premier niveau de service pour les clients qui souhaitent un seul interlocuteur et nous appuyons sur des partenaires pour des besoins plus évolués avec des architectures plus complexes (redondances, sauvegardes multiples…).

Published On: 23/10/2021|Categories: Application web, Jargon du développement, Vie d'un projet|

Articles récents

Partager